Le Musée de l’Ermitage

Mon enthousiasme immédiat a été douché en trente minutes. Le syndrome du musée m’a étouffé, étreint, traîné au bord du malaise : j’ai dû évacuer les locaux.

Ça me tombe dessus plus vite dans les très grands musées, mais je ne peux effectuer de séjours prolongés dans aucun temple de la culture, à vrai dire. À mon grand regret, je finis par me sentir enfermé par l’accumulation de chefs-d’œuvres.

Avant de partir, j’ai demandé à une jeune guide du musée si certains jours étaient moins fréquentés, ça pourrait atténuer les symptômes. Mais non.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.